Nos trois églises

Saint Luc
4bis, place Saint Luc
04 78 25 39 01
Sainte Foy
13, place Xavier Ricard
04 78 59 30 71
Sainte Thérèse
105, rue Ct Charcot
04 72 16 05 27
 

Visites à domicile dans le quartier de Ste Thérèse

Annoncées le jour de l’Épiphanie comme un appel à nous mettre en route pour aller porter la lumière du Christ, les matinées de visites à domicile ont eu lieu une fois par mois depuis février. Au programme : temps de louange; formation qui enracine ces visites dans l’Évangile et donne quelques repères concrets ; envoi en mission ; puis 1 h 30 de visites en binômes ; retour de mission et partage d’expériences.

Paroissiens de Ste Foy-lès-Lyon d’horizons divers, nos points communs sont un désir profond de témoigner de notre foi en Jésus, de vivre l’Évangile comme les disciples envoyés en mission deux par deux, de mettre en pratique les appels du pape François à sortir à la rencontre de ceux qui ne connaissent pas le Christ. Un autre point commun est la conscience de notre pauvreté, et la confiance audacieuse en l’Esprit-Saint qui est l’acteur principal de la mission.

Ce qu’on peut retenir de ces visites :

  • L’accueil de ceux qui ont ouvert leur porte a globalement été respectueux, poli, bienveillant. Nous commençons toujours par nous présenter comme catholiques de la paroisse Ste Foy-lès-Lyon ; jamais nous n’avons été critiqués ou insultés. Nous avons essuyé des refus, mais jamais de reproche. Au contraire, des gens trouvent normal que la paroisse les visite, et souvent on nous dit : « C’est bien ce que vous faites ». Cela nous encourage beaucoup, car nous voyons qu’il y a une soif de Dieu et un respect de l’Église.
  • Dans beaucoup de cas, la rencontre se limite à quelques minutes d’échange, souvent sur le palier. Parfois, la conversation pourra durer plus longtemps ; nous prenons le temps d’écouter, avant de donner un témoignage plus personnel. Chaque rencontre est unique : jeunes, personnes âgées, personnes d’autres religions, chrétiens ne mettant plus les pieds à l’église, émigrés ou étrangers récemment installés dans le quartier. Notre but est de les connaitre : nous n’avons rien à vendre, et la gratuité de cette visite touche les gens.
  • Certaines personnes ouvrent leur porte et nous font entrer chez elles. Alors la conversation sera plus profonde, parfois des sujets très personnels sont abordés : on voit que pour telle ou telle personne, c’est Dieu lui-même qui vient la visiter à travers nous. Les cœurs sont ouverts. Certains confient des fardeaux (maladies, deuils), d’autres confient les blessures qu’ils ont vécues et qui les ont fait se détourner de l’Église. De belles rencontrent se terminent parfois par une prière. Certaines personnes seront à nouveau visitées le mois suivant, ou invitées à la paroisse, selon ce que l’Esprit Saint met dans nos cœurs.

A la fin de chaque matinée, nous avons le sourire et le cœur heureux en partageant nos rencontres et en écoutant ce que les autres binômes ont vécu. C’est la joie de l’Evangile !

Père Przemek  
Eve-Marie et Jean Delobel (06 08 94 62 75)

Edito

Rendons grâce pour ce chemin !

À l’heure de vous dire au-revoir, deux souvenirs reviennent à ma mémoire. Nous sommes entre 1991 et 1993.

Le premier est douloureux. Je nous revois avec le Père Michel Desvignes, alors curé de St Luc et Ste Thérèse, et Geneviève Basset, alors envoyée en mission ecclésiale pour ces deux paroisses avec nous, prendre la décision, tous les trois, de quitter notre mission devenue impossible, tant les tensions étaient fortes parce que la vérité avait été étouffée. Vingt cinq ans après, cette vérité a été dite, et nous avons pu le faire grâce aux victimes. J’en rends profondément grâce. Cela a été un chemin pascal : passion, croix et renaissance.

Le deuxième survient après la mort brutale du Père Boulanger. La question de sa succession se pose. Je me revois, dans l’audace naïve et un peu inconsciente d’un vicaire de trente ans, dire au Père Desvignes qu’il fallait unir ces trois églises et que le temps était venu de faire de Sainte Foy-lès-Lyon une seule paroisse. J’ai vu à son regard que j’aurais dû tourner sept fois la langue dans ma bouche avant de parler ! Aujourd’hui aussi, vingt-cinq années plus tard, c’est chose faite. Un très beau chemin d’unité qui nous a enrichis, tous. Le Seigneur m’a permis de me croire à la bonne place au bon moment. Je l’en remercie. J’espère avoir accompli sa volonté.

Le ministère de curé nous absorbe dans une infinité de tâches allant des plus matérielles (vous en savez quelque chose avec entre autres les questions immobilières de nos trois églises), en passant par les questions d’organisation (il fallait se doter d’une organisation et des instruments qui l’accompagnent pour une communauté où 800 personnes, d’une manière ou d’une autre, rendent un service), mais aussi l’accompagnement des réalités humaines, très humaines… (conflits, tensions, baisse de conviction dans son service, inquiétude de ne pas être reconnu, etc.). Le risque est la dispersion, la surcharge, la perte de sens et de l’unité au profit de l’activisme. Le danger est de regarder notre Église avec les critères de réussite et d’échec du monde ! Grave erreur ! Dieu ne nous regarde pas ainsi. « Va, François, et répare mon Église qui tombe en ruine » dit le Seigneur au jeune homme d’Assise, dans un siècle où elle est riche, puissante et prospère aux vues des critères du monde.

Ne jamais se laisser ‘enfumer’ par la mesure du monde : chiffre, puissance… bien des Églises semblaient rutilantes avant l’effondrement. Toujours se doter des moyens qui semblent nécessaires, sans jamais se laisser contaminer par leur logique ! C’est un défi.

Lire la suite

Agenda

Septembre 2018
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Prochainement

Aucun événement

Newsletter

Recevez chaque mois Echos de Foi dans votre boîte e.mail

Guide paroissial

Guide

Bible et humour

Chrétiens d'orient

 Visite d'une délégation de l'Eglise catholique de France en Irak

Le Bénin