Nos trois églises

Saint Luc
4bis, place Saint Luc
04 78 25 39 01
Sainte Foy
13, place Xavier Ricard
04 78 59 30 71
Sainte Thérèse
105, rue Ct Charcot
04 72 16 05 27
 

Le dimanche de la santé, 7 février, notre paroisse priait non seulement pour les malades mais aussi pour tous ceux qui sont en lien avec eux. Il s’agit bien d’un vaste réseau de bénévoles présents auprès des malades. Il y a l’équipe du SEM (Service évangélique aux malades) et la Conférence de Saint Vincent de Paul qui maintiennent le lien avec les personnes en souffrance : porter la communion aux malades, vivre un temps de prière autour d’un passage d’évangile, accompagner des personnes en situation de handicap à l’église. C’est une mission d’Église que ces bénévoles essaient de remplir au quotidien. Il y a aussi les soignants qui font partie du réseau et qui sont incontournables dans l’accompagnement de ces personnes fragiles. J’ai été en admiration à la fin de la messe du dimanche de santé lorsque j’ai vu un groupe de paroissiens venir soutenir une personne âgée. Celle-ci a fait un petit malaise et s’est écroulée au fond de l’église Sainte Foy.  Deux paroissiens, médecins, l’ont entourée pour prendre soin d’elle jusqu’à l’arrivée des pompiers.

Pourquoi le dimanche de la santé ? C’est pour que nous soyons sensibilisés sur la question qui touche la santé du prochain. C’est ce que fait Jésus lorsqu’on lui parle de la belle-mère de Simon Pierre qui a de la fièvre. Jésus vient, il se fait proche et prend soin d’elle.

Laissons-nous rejoindre et émouvoir par la souffrance humaine. 

Depuis l’apparition de la pandémie, nous avons compris que nous formons, les uns et les autres, un seul Corps, celui du Christ. Lorsqu’un membre est souffrant, tous les autres membres souffrent avec lui. La solidarité fraternelle est ce qui nous anime pour rester en lien avec tous. Soyons des porteurs de la bénédiction et de la tendresse de Dieu auprès de tous ceux qui souffrent. Il s’agit là de construire une Eglise fraternelle : ne pas nous laisser gagner par l’indifférence, ne pas sombrer dans l’apathie et l’inertie,  ne pas nous laver les mains trop vite.

Voici les attitudes à observer :

  • Le regard : il s’agit de remarquer l’absence de telle ou telle personne. La place qu’elle occupe pendant les célébrations est vide. Il ne s’agit pas de contrôler les absences de l’autre mais de veiller et de se demander pourquoi telle personne ne vient plus, ce qui lui est arrivé. C’est de l’attention fraternelle.
  • Servir : cela signifie prendre soin : faire des courses pour quelqu’un, rester auprès de lui pendant quelques instants. etc….
  • Soutenir : c’est aider à porter la difficulté. C’est avoir un cœur et être une personne de cœur. C’est un coup de fil, un mail envoyé pour soutenir quelqu’un qui n’en peut plus.

Il s’agit là de mettre nos pas dans ceux de Jésus-Christ qui a le désir aujourd’hui comme hier de s’approcher des exclus et des malades pour les sauver. Comme Jésus, tous ces gens qui s’engagent au service des malades ou des personnes fragiles prennent « par la main » ceux qui souffrent. Ils font des « miracles » de tendresse humaine. En cette période de la pandémie de la Covid-19, maintenons le lien avec les personnes isolées ou fragiles pour leur apporter un peu d’amitié, de joie et d’espérance. Si chacun le fait, notre monde deviendra plus fraternel.

Père Dominique NDJOKO

Edito

Parcours de carême « Joie de vivre »

Joie de vivre 1

Nous avons débuté avec toute l’Église, notre marche vers Pâques par la réception des cendres. Celles-ci ne sont pas un rite magique pour nous protéger contre les forces du mal, mais un signe de notre profond désir de nous convertir, de marcher derrière le Christ et de n’écouter que lui seul. Les cendres nous font communier avec la nature, elles évoquent nos points faibles et notre fragilité. Elles nous renvoient l’image de nos péchés qui salissent notre visage d’enfants de Dieu.

Ce carême 2021, nous allons le vivre en suivant le parcours « Joie de vivre » centré sur « Laudato Si ». C’est un parcours conçu pour être vécu en petits groupes fraternels de 2 , 3, jusqu’à 6 personnes tout en respectant les mesures sanitaires. Ce n’est pas un parcours à vivre seul. Il nous est donc recommandé d’oser « inviter », pour former des petits groupes afin de vivre la joie du carême. Si vous faites partie d’une fraternité de quartier, vous pouvez inviter telle ou telle personne pour vivre les rencontres. Le parcours « Joie de vivre » est un support qui prévoit 5 rencontres, à raison d’une rencontre par semaine du 22 février au 28 mars. Le déroulé est très simple et prévoit un petit enseignement éclairant. Osons les rencontres en ces temps difficiles.

Tous les dimanches, les prêtres, au cours de l’homélie, feront un lien avec le passage extrait du chapitre qui sera lu pendant la semaine. Pour bien vivre ce temps de 40 jours de carême, Jésus nous propose trois voies : le partage, la prière et le jeûne. C’est frappant l’ordre que suit Jésus en énumérant ces trois voies. On aurait pensé qu’il commence par la prière. Mais ce n’est pas le cas, il commence par l’aumône, c’est-à-dire le partage. C’est ce que nous sommes invités à vivre autour de ce parcours « Joie de vivre ». Partageons cette joie pour vivre une conversion écologique intégrale.

Je nous souhaite une belle montée vers Pâques !

Père Dominique NDJOKO

Conseils pratiques

De nombreuses informations, et le livret, sont disponibles sur le site internet du diocèse.

Deux formules sont possibles :

  • Suivre le parcours du livret du diocèse ;
  • Ecouter ensemble, en direct ou en différé, les conférences de Carême sur la chaîne Youtube du diocèse.

Deux solutions pour participer à un groupe :

  • Contactez des personnes intéressées et organisez-vous ensemble. Si votre groupe n’est pas complet (4 à 5 personnes) vous pouvez informer Françoise et Henri Viry pour compléter le groupe, par mail :
    viefraternelle@paroissesaintefoy.fr
    ou téléphone : 04 78 59 04 43.

İnscrivez-vous pour rejoindre un groupe en téléphonant l’accueil d’une des trois églises ou par mail :
viefraternelle@paroissesaintefoy.fr en donnant vos coordonnées pour vous mettre en contact avec un groupe.

Lire la suite

Newsletter

Recevez chaque mois Echos de Foi dans votre boîte e.mail

Guide paroissial

Guide

Symbolique du Crucifix

La pédophilie

Bioéthique